Chabatz d'entrar !

Chabatz d'entrar !

La Jonchère

la jonchere.jpg

 

La Jonchère se nommait autrefois Junchéria. C'est un plaisant petit bourg, en bordure de la grande voie romaine de Bourges à Limoges, qui fut la résidence d'été des Evêques de Limoges.  Blotti  dans les monts de la Marche à 28 km au nord-est de Limoges, il fait partie de l'arrondissement de Limoges et du canton de Laurière (11 km). Sa superficie est de 1559 hectares et son altitude de 544 mètres. Il est traversé par deux cours d'eau : Les Colles et la Math.

La Jonchère fut une bourgade qui comportait un hôpital et une prison. Elle était qualifiée de « ville », au Moyen-Age (au XVIème siècle, sur les actes officiels on trouvait la formule « Le bourg de la Jonchère, autrefois ville »).

L'époque de sa fondation est inconnue, mais c'est une des rares villes, avec Limoges, figurant sur les cartes de l'époque gallo-romaine. Les vestiges qui y furent trouvés démontrent clairement qu'ils ne pouvaient appartenir à de simples maisons paysannes,  mais à des maisons cossues.

Malgré son appartenance géographique à la Marche, La Jonchère fait partie des paroisses qui se disaient appartenir au Limousin et le bourg formait donc une enclave Limousine en territoire Marchois.

Il semblerait que le sac de la ville ait eu lieu pendant la guerre de Cent-ans. Les anglais, grâce à la complicité d'un habitant de la ville, seraient arrivés par la route de Saint-Léger (qui porta ensuite le nom de « rue de la Trahison »). Devant la résistance des habitants ils auraient mis à feu et à sang la ville. Lorsque, des siècles plus tard, on voulut construire en bordure du champ de Foire, on découvrit partout des débris d'habitations calcinées.

la jonchere-eglise.jpg

L'église paroissiale, construite vers la fin du XIVème après le sac de la ville, était un vaste édifice de style flamboyant. Elle comportait trois nefs et vingt autels latéraux. Elle fut en grande partie détruite et reconstruite en 1894.

 

la jonchere-grands boulevards.jpg

Sur la droite, la maison du marchand de vins en gros, Simon Reix

 

Au XIXème  siècle la Jonchère prit les allures d'un gros bourg avec ses nombreux commerces, ses écoles, son marché.

la jonchere--ecole.jpg
une des écoles

 

jonchere-la-façade ancien college.jpg

 

La façade de l'ancien collège de la Jonchère

 

Au lendemain du vote de la loi Falloux, en 1830, Me Chassaing, curé de la Jonchère, y fonda un collège à l'existence éphémère puisqu'il cessa de fonctionner vers 1845.

 

la jonchere-extraction du kaolin.jpg
Extraction du kaolin à la Jonchère

 

 

Une nouvelle industrie se développa au  XIXème : l'extraction du kaolin, qui employa de nombreux habitants dés 1872. Une des principales mines était située au hameau des Vignes.

 

Charles de Léobardy, notable de la Jonchère, éleveur au Vignaud, contribua grandement à donner ses lettres de noblesse à la vache Limousine, en privilégiant son amélioration par la sélection et la nourriture, refusant toute tentative d'introduction d'une race étrangère.

En 1884, Henri Gérardin, un autre enfant du pays, passionné de botanique, créa une pépinière rassemblant des espèces rares et exotiques. Cette pépinière devint arboretum vers les années 1930.

 

La Jonchère d'hier à aujourd'hui, pour visualiser cliquer sur l'image ci-dessous :

la jonchere-maison du xieme siecle-ancien hotel de ville.jpg

 

 

Villages, hameaux et lieux dits de La Jonchère :

La Borie, Les Bastilles, Le Buisson, Les Chevailles, Moulin des Colles, Les Fondelles,

Lermont, Les Marniers, Les Grands Marniers, Le Mas, Malissen, Les Perrières, Puy Bernard, La Tantaulie, Vaux, Le Vignaud, Les Vignes.

En 1875, ont été distraits de Jabreilles et rattachés à la Jonchère :

Les Adoux, Le Cheyroux, La Combe, Gonteix, Le Verger.

 

 



09/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 289 autres membres