Chabatz d'entrar !

Chabatz d'entrar !

Folles : l'église

 



 

Portail d'entrée de l'église


Son église des XIIème et XIIIème siècles semble réunir les caractéristiques de l'art roman très largement représenté en Limousin. Cet édifice religieux avec ses contreforts très imposants et un portail polylobé, datant du XIIIème en fait le témoignage d'un passé remontant au Moyen Age. L'emploi du granit immuable a entraîné une grande sobriété dans le décor. La nef unique de trois travées fut restaurée au XVème siècle. Sa porte en arc brisé est enrichie de moulures indiquant les XVème et XVIème siècles.


 

 


Cette église est sous le vocable de Saint Blaise, un évêque arménien martyrisé en 316, il est le Patron des cardeurs qui l'ont choisi, car ses bourreaux l'auraient mutilé et démembré avec des peignes en fer qui servaient aux peigneurs et cardeurs de chanvre. Il y avait peut-être dans notre région une culture du chanvre.


 

 


 

Statut de Saint-Blaise


 



Saint-Bonaventure


Il y avait dans cette église quatre vicairies :

 

·         une à l'autel  Sainte Madeleine, Saint Blaise et Saint Roch,

·         une à l'autel Saint Bonaventure, patron secondaire de l'église, qui dépendait de la famille Du Vignaud,

·         une dite « Des Morterols »,

·         une fondée par Jeanne Du Vignaud, femme de Balthazard Déaux, possesseurs de biens dans la paroisse de Bersac.



Le nom de Folles trouve son origine dans la langue latine : fageas ou fagus signifiant hêtre, follis voulant dire feuilles et en patois occitan « fau » qui signifie aussi hêtre, ainsi les armoiries de Folles sont trois feuilles de hêtre sur champ jaune.

 

Folles était une cure dans l'ancien archiprêtré de Rancon qui dépendait de l'abbaye de Bénévent.


Des constructions religieuses existaient également à Ars, c'était le prieuré Sainte Catherine ; en 1198 l'abbé de Saint Martial, Isambert, en avait fait l'acquisition. En 1747 ce prieuré fut supprimé et ses revenus allèrent à la mense capitulaire de l'abbaye. La chapelle était en très mauvais état ; Martin de La Bastide en fut le dernier prieur.



 

Le prieuré Sainte-Catherine à Ars

 

Avant la Révolution, plusieurs familles ont marqué la paroisse de Folles : celle du Breuil qui possédait, entre autres, les villages des Vauries et Fursannes qui passèrent à la famille Du Vignaud par le mariage du calviniste Jacques, en 1500 avec Madeleine du Breuil. Pour garder leurs patrimoines, des unions entre catholiques et protestants de la noblesse eurent lieu pendant cette période. Jacques Du Vignaud renia le protestantisme en 1588 ; uni en seconde noce avec Marguerite de Bridiers, descendante de Louis, il agrandit ainsi largement ses domaines. Les Du Vignaud possédaient aux Vauries un château situé au bord de la Gartempe (on retrouve dans le village de La Villette des pierres provenant certainement de ce château).


 

 

 

Haut de porte au village de la Vilette, dont la pierre provient vraisemblablement du château des Vauries

 
 

 Fiacre Du Vignaud, en 1573, servit au siège de La Rochelle avec les troupes du duc d'Anjou qui assiégèrent les huguenots pendant six mois. Un traité fut signé, les protestants obtinrent le libre exercice de leur culte à La Rochelle, Nîmes et Montauban.

 

Jacques Du Vignaud décédé en 1645 et Gaspard-François Du Vignaud en 1747 sont enterrés dans l'église de Folles. Leurs armes, peintes sur un mur de la nef, étaient « d'azur au chevron d'argent, accompagné de deux étoiles d'or en chef, et d'un croissant d'argent en pointe ».




Pierre tombale d'un du Vignaud, située à gauche de l'autel


 



Saint-Fiacre


Saint Fiacre a aussi une statuette dans l’église de Folles.
Patron des jardiniers il est souvent représenté avec  une bêche ; le notre tient aussi un arrosoir.
Il était né dans une famille noble irlandaise. Il vint en Gaule,  alla à Meaux et parti ensuite prêcher l’Evangile en Artois. Il demanda à son évêque un terrain pour jardiner et nourrir les pèlerins indigents.
Il s’intéressa aussi aux plantes médicinales pour les malades et construisit un hospice pour les malades nombreux qui venaient de tous les coins du pays. Il meurt vers 670 au Breuil ; un monastère y fut construit et un village portant son nom. Saint Fiacre est situé en Seine et Marne dans l’arrondissement de Meaux.

 

 

Folles fut aussi le lieu de naissance de Guillaume Malherbaut, savant docteur en Sorbonne. Il devint théologal du chapitre de Saint-Yrieix, puis chanoine et théologal du chapitre de Limoges en 1570, ensuite recteur de 1586 à 1593. Il publia deux ouvrages importants en 1566 et 1575.

 

Ginette BOUYER



23/04/2010
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 290 autres membres