Chabatz d'entrar !

Chabatz d'entrar !

Lo messo daus Rampans (la messe des Rameaux)

En serti de l’eglieiso, lou jour daus Rampans, Jan Fissou qu’avio na fâ beneizi so cournudo, faguet lo rencountro de soun cousin Turteu et de soun ami Boursado.

 

Après lous pourtomens ô leur offriguet de beure un cop de blanc chaz l’ami Toino. Is

begueren treis pintâs et mingeren treis cournudas.

Queu vi blanc erio un pau nervous.

Eitabe, quand Jan Fissou ribet à lo meijou sous oueîs brillovan coumo quis d’un luzer.

Lo Fissoto n’erio pas countento e lo io li faguet veire d’abord.

 

« Eh be, tu seis gente ! Tu lî tournoras à lo messo. Ente as-tu passa, per ribâ a

quet’houro et dins quel’etat ? » Jan Fissou vouguet essayâ de s’esplicâ, mas lou sangut

lou prenguet si fort qu’ô n’en japâvo.

« Qu’ei, disset-eu, un mechant bouci de cournudo que ne vô pas coulâ et que m’engoumejo. »

 

« Ne cresas pas que vaû fâ venî lou medeci per débouchâ toun entounoir de sadoulau,

disset lo Fissoto. Tourno beure un pau maîs de vi blanc, co io faro coulâ, bougre

d’eibrôgno ! »

 

Jan Fissou aurio be vougut repoundre, mas lou sangut lou lachâvo pas, et tant maî o

japâvo, tant maî lo Fissoto fissâvo.

 

« L’ai na à lo messo, n’aî pas fa de maû ! » disio-t-eu entre douas japadas. »

 

« Ne fasas pas l’einoucen. Tu ne vas pas beleu me fa creure que qu’ei las prejeiras

 que t’an sadoula ! Et, perque tu seis si devouci, tourno me dire ce qu’o prechâvo, moussur lou Curé. »

 

Co coupet lou sangut à Jan Fissou que repoundet sei japâ :

« Moussur lou Curé o precha qu’ahuei, jour daus Rampans, tous lous cournards japarian ! »

 

« Qu’ei poussible, faguet lo Fissoto, mas en suposant que tu iô siei eita quauque

cop, co n’ei pas no rasou par japâ touto lo journado  ! »

 

 

Jean Rebier

Extrait de « Lou toupi sabourous »

Niorlas lemousinas

Editions du Galetou - Limoges

 

 

 

La cornue (cornudo) est une brioche en forme de Y qui se mange traditionnellement en Limousin le dimanche des Rameaux (qui précède Pâques) ainsi qu’à Pâques. Cette tradition remonte au Moyen-Age. La cornue symbolise officiellement la sainte Trinité, mais sa symbolique sexuelle est évidente et symboliserait la fertilité et le renouveau de la nature en cette saison.

Cette pratique païenne fut souvent condamnée par l’Eglise. Paradoxalement, les Limousins font, chaque année, bénir leur cornue par le curé avant de la manger, et l’on en trouve même comme ornement dans les églises limousines à la période pascale.

 

Dominique ROSSI


17/03/2009
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 290 autres membres