Chabatz d'entrar !

Chabatz d'entrar !

Jabreilles-les-Bordes


 

 

L'escalier menant au clocher, sous le porche de l'église


Autrefois « Jabrillae » [1], hier Jabreilles, aujourd'hui Jabreilles-les-Bordes [2], cette agréable petite citée à l'important patrimoine historique, entre monts d'Ambazac et  massif de Saint-Goussaud, sa voisine creusoise, n'a pas permis à ses habitants de tirer partie de ses ressources pour rester vivre au pays.

 

Terre de maçons  partant exercer leur savoir faire dans de lointaines provinces, Jabreilles a vu sa population passer de 1300 habitants vers 1750 à environ 200 de nos jours. Cliquez ICI pour consulter le tableau des naissances de l'an IX.

 

Dans la majorité des cas, jusqu'au milieu du 19ème siècle, il s'agissait d'une migration saisonnière. Le chef de famille partait, et son épouse et les enfants restaient sur place pour cultiver leur maigre lopin de terre. A partir de la seconde moitié du 19ème, la migration fut bien souvent familiale et définitive. Nos maçons s'établirent principalement à Paris, en Seine et Marne, et dans la Marne.

Aujourd'hui, c'est avec beaucoup d'émotion que leurs descendants découvrent la terre de leurs ancêtres et s'y ressourcent le temps d'un été, ou choisissent d'y vivre à l'heure de la retraite.

 

De nombreux vestiges retrouvés sur le territoire de la commune attestent d'une occupation gauloise et gallo-romaine. Plus de 20 km de voies romaines et de nombreuses voies secondaires antiques pavées ont été recensées. Un oppidum de 9 ha « le Chatelard », situé au nord-ouest du village du Maillorat, a fait l'objet d'un aménagement touristique en 1998.

La cure de « Jabrillae » dépendait en 1234 de l'archiprêtré de Bénévent .  Son église (13ème et 15ème siècles)  présente un porche  avec un escalier de bois permettant d'accéder au clocher lequel est  couvert de bardeaux de châtaignier. Des peintures murales se laissent entrevoir sous le lait de chaud qui les recouvre depuis des décennies.

Le retable du 17ème a été récemment restauré grâce à l'action de l'association « Nature et Patrimoine du canton de Laurière ».

Sous le porche de l'église on peut voir la stèle gallo-romaine d'Epona, déesse païenne protectrice des chevaux, des cavaliers et des étables.

A visiter absolument, les très jolis villages de Maucloup  et du Maslieurat qui ont conservé de nombreuses maisons typiques de la région.

 

 

Maison du village de Maucloup

 

 

Maison du village du Maslieurat

 

Ne pas manquer également, au village de la Cour, en bordure de la route de la Jonchère, l'ancien relais de poste aux chevaux du 17ème.

 

 

Au village de la Cour, l'abreuvoir de l'ancien relais de la poste aux chevaux.

 

 

Les loges de bergers sont également typiques de la région. Voir Les loges de bergers

 

Christiane VILLENEUVE

 

 



[1] Appellation vers 1230. Source : « Jabreilles les Bordes, cité d'Epona », plaquette éditée par le comité des fêtes de la commune (décembre 2000), textes de Daniel Arnaud et Robert Sultot.

[2] Nouvelle appellation depuis le 18 mars 1934.



19/05/2009
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 290 autres membres